• Image du Blog petitemimine.centerblog.net                                                        Source : petitemimine.centerblog.net

     Les questions concernant la laïcité, la citoyenneté se posent comme jamais, voici quelques idées de chansons sur ce thème.

    La conjugaison des droits des enfants, paroles et musique de Dominique Dimey

    C'est le droit des enfants, de la même artiste

    Je vous propose également des titres tirés de l'album des Enfantastiques. 

    "On est tous pareils!"

    "Copains du monde" des Enfantastiques

    "La Marseillaise enfantastique"

    "Liberté, Égalité, Fraternité" des Enfantastiques

    "Qui ne se ressemble pas s'assemble" des Enfantastiques

    Les crayons de couleur de Hugues Aufray

     "Non, non, non -Le droit de dire non" interprétée par Camille Jordana pour l'UNICEF

    Paroles des chansons...

    Pin It

    4 commentaires
  • Je viens de la finir... Voici la décoration de porte de classe qui accueillera les enfants pour la rentrée sur le thème du tour du monde bien sûr!

    En attendant les autorisations parentales, j'ai flouté tous les élèves.

    Décoration de porte de classe 2016-17

    Pin It

    11 commentaires
  • Je change de niveau et passe donc au CE2. Voici mon nouvel emploi du temps pour la rentrée 2016-17, peut-être y apporterai-je des modifications... 


    18 commentaires
  • Cette année, influencée par Isabelle, je vais changer mon mode de fonctionnement pour évaluer les élèves lors des poésies.

    Un jury composé de quatre élèves aura des critères précis à évaluer. 

    -2 points pour la mémorisation du titre et du nom de l’auteur de la poésie.
    -4 points pour la mémorisation de la poésie.
    -2 points quand l’élève récite la poésie en mettant le ton et en portant sa voix.
    -2 points pour le soin apporté à la présentation de la poésie : écriture et illustration.

    Ainsi, le récitant peut obtenir 10 points au mieux.

     

    Le nombre de points obtenus correspond à une appréciation allant de A à D.

    Je serai là pour veiller à l'objectivité des membres du jury.

    Chaque membre du jury doit être capable de justifier le nombre de points attribués.

     

    Grille d'évaluation à remettre à l'élève et à coller à la suite de la poésie.

     

     

    Affichage pour la classe


    5 commentaires
  • Cette année encore, nous sommes inscrits au Prix Littéraire. La sélection est très intéressante, je vous présente les quatre livres retenus pour les CE2.

    – Pardon, mais t’es quoi, toi ?

    – Comment ça, je suis quoi ?

    – Ben oui, t’es quoi comme animal ?

    J’ai pensé : « Houlala, je dois être dans la campagne profonde dont m’a parlé maman, pauvre mouton, il n’a jamais vu d’enfant de sa vie ! » – Je ne suis pas un animal, j’ai dit, je suis Léonard.

    – C’est comme un léopard ? m’a demandé le mouton.

    – Non, c’est mon prénom. Toi, par exemple, tu t’appelles comment ?

    – Mouton.

    – Je vois.

    C’est alors que le mouton m’a reniflé et m’a posé une drôle de question : – Et tu sers à quoi ?

    C'est là le sujet central de ce roman.

    On pourra aussi s'interroger sur le rôle des parents. 

    Place aux débats!!!

    Ce roman est émouvant et drôle à la fois!

    Vous trouverez des fiches intéressantes sur le thème de l'identité dans Le cartable de  Txup.

    Quant à moi, j'ai fait une adaptation théâtrale de ce roman, j'ai bien envie de tenter une petite mise en scène au cours du premier trimestre.

    L'histoire:

    Il y a très longtemps, les animaux étaient gris comme un dimanche de pluie. Un peintre avait alors créé pour eux des parures colorées, à rayures, à taches... Boniface Lazuli, son fils, a pris sa suite, redonnant éclats aux robes et aux pelages. La vie se déroulait paisiblement, dans sa maison au pied du Kilimandjaro.

    Un jour, la belle Lucina arrive. Peut-il faire son portrait ? Le peintre refuse : il ne peint jamais ce genre de tableaux. Mais n'est-ce pas lassant de peindre la toujours même chose ? Les questions, la présence de Lucina troublent le peintre. Submergé par ses pensées, Boniface peint son émotion sur les robes des animaux... Ravis par la fantaisie et la beauté que ce trouble insuffle à son art, les animaux se pressent nombreux à sa porte. Un grand peintre n'est pas celui qui montre la réalité, mais celui qui l'invente. Boniface réalise alors qu'il a toujours attendu Lucina...

    Notre projet de classe pour l'année étant un voyage initiatique au coeur des cultures du monde, cet album sera parfait pour évoquer l'Afrique, les animaux... J'aimerais beaucoup que nous fassions des animaux à la façon de Boniface avec beaucoup de graphismes et de couleurs, j'adore!!!

    Je vous présente deux exemples des illustrations de Justine Brax...

    Prix Littéraire 2016-2017  Prix Littéraire 2016-2017

    L'histoire:

    Nani-Rosette est une vraie gourmande. Pour être certaine de manger sans être dérangée, elle s’isole au sommet d’un grand rocher. Mais malheur, ses fesses y restent collées. Sa mère accourt et découvre qu’elle est sur le rocher piège du terrible Agoulou Granfal, le grand dévoreur. Parviendra-t-elle à sauver sa fille ? Agoulou Granfal finira-t-il, grâce à ses ruses, par dévorer la pauvre Nani-Rosette ? 

    Ce qui est particulièrement intéressant dans cet album, c'est que l'auteur propose quatre fins différentes dont l'une est seulement illustrée. Donc plusieurs exploitations sont possibles.

    - Faire une lecture offerte aux enfants puis leur demander d'inventer une fin soit par écrit soit en l'illustrant.

    - Les comparer ensuite à celles écrites par l'auteur.

    - Rédiger la fin qui est seulement illustrée.

    Cet album nous permet de découvrir la culture créole grâce aux illustrations d'abord puis avec ses expressions telles "Krik! Irak!", "Té fini on fwa" pour notre célèbre "Il était une fois", ses plats : un sombré ouassous, un bébélé, un matété de crabes,  une fricassée de chaton, un milan-fruit à pain, un féroce d'avocat, sa nature : un manguier, une bananeraie, une forêt de palétuviers, de campêches, de bambous.

    On peut aussi s'amuser à écrire une recette inventée des plats proposés puis lire les vraies recettes ou inversement.

    Cet album nous invite à débattre sur les notions de gourmandise, de partage, générosité, solidarité... 

    L'histoire :

    Babakunde est un homme puissant, le plus riche de la tribu. Il est tant occupé à gérer ses affaires qu’il n’a jamais le temps de se rendre auprès de ses amis quand ceux-ci perdent un être cher. Quand malheureusement, la Mort lui prend sa femme, il est malheureux de se retrouver seul devant son chagrin, ses amis ayant à faire de leur côté…

    Babakunde va apprendre à ses dépens que l’on ne peut pas attendre des autres ce que l’on n'est pas prêt à donner soi-même. 

    Ce joli conte africain emprunt de sagesse permet d'aborder en douceur les questions de l'amitié, l'altruisme, du pouvoir et du deuil. Plusieurs débats pourront être menés sur ces thèmes. 

    On pourra débattre sur cette phrase qui prend l'allure d'une morale déclarée par le Grand Prêtre du village:

    "L'argent est bon, Babakunde. Mais l'homme sera toujours meilleur, car il répond quand on l'appelle."

    Un parallèle pourra être fait également avec l'album "Goulou Granfal" qui traite de la générosité.

    Je tiens à souligner les illustrations chatoyantes de Mariona Cabassa qui contrastent avec la tristesse de l'histoire. 

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique